jeudi 19 mai 2011

Clockwork Prince, extra teaser


Painting by Jemina Venter.

Tessa écarta le rideau du carrosse sur le côté. Au dehors, elle pouvait voir la douce lumière jaune diffusée par les lampadaires à Gaz; deux enfants étaient affalés sous un porche, adossés l'un contre l'autre, endormis. Temple Bar avait quelque chose d'aérien.
"As-tu déjà songé à prendre l'apparence de tes parents?" demanda-Will. "Ta mère ou ton père? Cela te donnerait accès à leur mémoire, non?"
Elle se retourna vers lui. "J'y ai pensé. Biensûr que j'y ai pensé. Mais il ne me reste rien de mon père ou de ma mère. Tout ce qui était rangé dans ma malle pour le voyage a été gardé par les Sœurs ténébreuses".
"Et ton pendentif de l'ange?" demanda-will. "N'était-il pas à ta mère?"
Tessa secoua la tête. "J'ai essayé. Je... Je n'ai pu trouver aucune trace d'elle à l'intérieur. Il m'a appartenu si longtemps, que je pense que ses traces se sont évaporées, comme de l'eau."
Les yeux de Will étaient d'un bleu sombre dans l'ombre. " Peut-être es-tu la fille de l'horloge. Peut-être que le sorcier du père de Mortmain t'a conçue, et maintenant Mortmain cherche le secret de fabrication d'une parfaite copie de vie alors que tout ce dont il est capable, c'est de faire d'hideuses monstruosité. Peut-être que la seule chose qui batte dans ta poitrine, est un coeur fait de métal."
Tessa poussa un profond soupir, se sentant momentanément mal à l'aise. Sa voix si douce était tellement convaincante, alors...
"Non,"dit-elle brutalement. "Tu oublies que je me souviens de mon enfance. Les créatures mécaniques ne grandissent pas et ne ressentent rien. Et ça n'explique pas mon agilité."
"Je sais", dit Will, avec un sourire dont la blancheur illumina l'obscurité."Je voulais juste voir si 'Toi' tu en étais convaincue."
Tessa le regarda longuement. "De nous deux, je ne suis pas la personne qui n'a pas de coeur."
Il faisait trop sombre dans le carrosse pour le dire, mais elle sentit qu'il avait rougi, comme il le faisait quand il était surpris ou énervé, juste au dessus de ces pommettes. A sa grande surprise, il avança une main gantée vers elle. Effleurant juste le bord de ses boucles, son cuir doux contre sa joue.
Et le carrosse eut un sursaut lorsqu'il s'arrêta. Ils étaient arrivés...

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire